Entretien avec Romain Molina, le poil à gratter du football européen ! (1ére partie)

Disons le franchement : nous avons décidé de se faire un gros kif la semaine passée ! Une interview de Romain Molina, un journaliste et écrivain français jeune et talentueux qui a déjà publié plusieurs bouquins sur le monde parfois sombre du football mondial professionnel. Et il aurait été difficile de trouver un meilleur moment pour réaliser notre entretien puisque Romain Molina vient de sortir son dernier livre : La mano negra – Ces forces obscures qui contrôlent le football mondial. Un bouquin passionnant qui vous amènera à mieux comprendre le genre de monde qui entoure le football professionnel, notamment en France.

Que vous soyez membres de notre Groupe VIP ou que vous hésitiez encore à vous inscrire dans les semaines à venir, nous esperons que cet entretient vous plaira ! La première partie est publiée ce lundi matin (bonne semaine les potos !) alors que la seconde partie le sera mercredi matin. Bon kif.

Première Partie de l’Interview de Romain Molina

Arsenal TV Romain Molina

Hello Romain ! Alors tout d’abord, sans rentrer dans les détails liés à ton activité d’écrivain et investigateur du sport professionnel, tu peux nous faire une petite présentation ? D’où viens-tu, quel est ton parcours, ou habites-tu ? Tu as un club de cœur ? Ou une franchise?

Je suis donc Romain, jeune isérois de 27 ans vivant en Andalousie après des expériences anglaises et surtout écossaises ; Beauty Scotland ! Je suis auteur, mais plus sûrement un conteur d’histoire indépendant. J’ai publié cinq ouvrages, dont certains ont été traduits en Uruguay, Angleterre, Espagne et bientôt en Russie. Je viens des marchés (fruits et légumes), et ça a été une excellente école. Je joue également au basket, et quant à ta dernière question, j’ai une tendresse pour Queen’s Park FC*, le plus vieux club d’Écosse, toujours amateur, évoluant en D4 locale : « There’s only one team in Glasgow ! ».

* Queen’s Park FC est en effet le seul club 100% amateur des 4 divisions écossaises dont le moto est ‘’Pour le plaisir de jouer’’. Ils jouent au Stade National d’Écosse (Hampden Park) qui compte 52,063 places alors que le club joue devant 600/700 spectateurs de moyenne !

Pour rentrer dans le vif du sujet, cette passion pour le sport et l’envie de savoir / comprendre ce qui se passe derrière les paillettes, ça vient d’où ?

Je suis naturellement curieux, et sans doute trop curieux, voilà le souci ! Depuis enfant, j’ai toujours posé des questions impertinentes, en essayant de comprendre le pourquoi du comment, de remonter encore et encore. Quant au sport, c’est aussi depuis ma tendre enfance. J’ai été naturellement attiré par le football. Dans l’immeuble où je vivais, il y avait une personne avec qui je passais beaucoup de temps, Sylvestre. C’était le gardien de l’équipe locale, donc j’ai débuté comme gardien car je voulais tout faire comme lui. Il mangeait du maïs, donc j’ai un jour voulu manger du maïs (sauf que ça me rend malade hahaha). Grande Sylvestre ! J’étais en maternelle à l’époque.

Si tu le veux bien, sais-tu nous présenter en bref chacun de tes livres ?

Galère Football Club
Commençons avec Galère Football Club. Ne te serais-tu pas inspiré de la fameuse rubrique de So Foot ‘’Footballeur de l’étranger’’ ? J’ai perso trouvé ce livre passionnant. Plus que toute autre histoire sur le football, on a un fort sentiment d’identification quand on lit ce livre en mode. ‘’Ça pourrait être moi’’.  Certains joueurs abordés dans le livre on-il finalement fait une bonne petite carrière ? Tu as d’autres projets du genre dans le futur ?

Merci beaucoup déjà haha. Plus sérieusement, je ne me suis pas inspiré de So Foot, non, mais davantage de ce qu’on peut trouver dans la littérature footballistique britannique. En effet, on peut vraiment s’identifier et le fait de garder les mots/expressions de chaque joueur s’inscrit dans un souci de fidélité absolu à eux, à leur personnalité et à leur histoire. Il y avait quand même des Christian Nadé, Yann Kermorgant ou Bilel Mohsni, qui ont réalisé une bien belle carrière, et d’autres, qui connaissent encore des galères et ont même quitté le foot.
J’aimerais bien réaliser la même chose avec le basket (c’est un projet avec Benjamin Henry, dont je parlerai dans la question suivante).

Ensuite, tu as écrit un livre sur Tony Parker qui est un peu moins connu que tes ouvrages sur le football non ? Quel était le but de ce bouquin, as-tu rencontré TP ?!

Alors, ce n’est pas sur Parker, mais sur cette génération : TP, Boris Diaw, les Pietrus, Gelabale, etc. C’est les quinze dernières années de l’équipe de France de basket à travers près de cinquante entretiens avec les joueurs, sélectionneurs & co, année par année. On a voulu faire quelque chose d’intimiste et de personnalisé, en mettant en avant chaque personne, que ce soit le rôle d’Aymeric Jeanneau à Vincent Collet, en passant par les échecs, la hargne de Cyril Julian, la personnalité de Fred Weis, la nouvelle génération (Batum, Diot, Jackson…) et les piliers de l’équipe de France depuis une dizaine : Parker, Diaw, Pietrus, Gelabale. On n’a pas interviewé Tony par contre, mais sinon, on a eu quasiment tout le monde ! Le livre a été réalisé avec Benjamin Henry et préfacé par George Eddy, ce qui est assez ironique quand je me rappelle mon enfance où je l’écoutais religieusement durant Eddy Half Time et autres programmes sur Canal + !


Rendez-vous ce mercredi pour la seconde partie de notre interview avec Romain Molina ou nous vous parlerons notamment de Cavani, Unai Emery, de parissportifs et des magouilles dans le foot ! A noter que vous pouvez retrouver Romain sur 3 chans principaux : Twitter, Facebook et Youtube. On vous recommande particulièrement cette dernière, remplie de vidéos plus succulentes et intéressantes les unes que les autres. Exemple avec une vidéo récente sur le sujet de l’Olympique de Marseille :

Et pour commander un de ses bouquins, cela se passe ici.

 

à Lire aussi
Commentaires
Vos commentaires