Guardiola pas au Bayern pour le salaire



La Liga le regrette, la Premier League et la Serie A l’ont charmé, mais Pep Guardiola a pris tout ce beau monde à contre-pied en allant en Allemagne pour y entraîner le Bayern Munich dès la saison 2013-2014… L’institution Bayern Munich plutôt que les pétrodollars; focus sur le projet d’avenir du plus international des Catalans.

Pep Guardiola pas au Bayern pour le salaireAvant même qu’il  ne quitte sa famille blaugrana, tous les observateurs ou presque se posaient la question de savoir comment Pep allait pouvoir gérer l’après-Barça. Car si tous les plus grands clubs d’Europe lui ont fait les yeux doux, il sait aussi qu’il ne bénéficierait certainement plus jamais du temps qu’il a eu au pour imposer sa griffe sur le jeu catalan… Peu importe l’équipe choisie, il allait falloir faire vite et bien pour ne pas retomber dans le commun des mortels.

Guardiola refuse un meilleur salaire à Manchester

De tous les clubs qui ont approché le natif de Santpedor, le Bayern était donc l’option la plus sûre. Les rumeurs concernant le nouveau salaire de Guardiola abondent; la plupart ne seront jamais vérifiées. Si le technicien avait voulu se gaver, il aurait filer les yeux bandés à Manchester City plutôt que de poser ses valises dans un club où la la limite des salaires et fixée à 10 millions d’euros annuels pour les joueurs et environ 4 M€ pour les entraîneurs.

On est assez loin des sommes encaissés par les meilleurs entraîneurs, mais Pep s’en moque! A Barcelone, le coach a vu son salaire réévalué au fil des performances stratosphériques de son équipe, passant de 1,5 à 7,5 millions d’euros en quelques années. Le même schéma devrait se produire sous les couleurs de l’autre FCB, Guardiola pouvant espérer décrocher de belles primes en ajoutant quelques lignes au palmarès du club.

Le duel Guardiola-Mourinho commence à peine

Le Catalan a tout gagné avec le FC Barcelone, mais ses compétences sont toujours remises en doutes ici et là. A la manière de son éternel rival José Mourinho lors de son passage du FC Porto à Chelsea, Guardiola se lance donc un nouveau challenge de poids, Munich n’ayant pas gagné de ligue des champions depuis 2001, malgré deux finales en 2010 et 2011. Le club idéal donc pour un jeune entraineur qui souhaite relever un nouveau défi et marquer l’histoire.

À la différence du « Special One », les attentes se situent sur le plan tactique. Fidèle à sa vision du football, Pep récupère une équipe dont l’identité se rapproche de celle du Barça. Le club de Bavière affiche la deuxième meilleure possession de balle d’Europe (63%). Les Bavarois effectuent par ailleurs 517 passes par match cette saison, et s’ils marquent moins (46 buts en 18 matchs de championnat contre 66 en 20 matchs pour le Barça), ils affichent une défense quasi imprenable avec seulement 7 petits buts concédés

En finir avec la dépendance à Lionel Messi

Le Barça réalise actuellement son meilleur début de saison avec 55 points engrangés sur 60. Comme c’est le cas depuis quelques années maintenant, il le doit en grande partie à son génie de Lionel Messi. Une arme dont Guardiola devra se passer au Bayern Munich. Là-encore, la transition sera compliquée mais il faut croire que le Catalan a déjà un plan tout tracé. D’autant qu’il disposera d’un budget transferts faramineux de 278 millions d’euros!

De quoi entretenir le rêve de voir un jour le quadruple Ballon d’Or  foulée la pelouse de l’Allianz Arena avec le maillot bavarois… En attendant, c’est depuis l’Espagne que « la Pulga » observera le parcours de son ancien mentor, tout en continuant à claquer des buts à la pelle au Camp Nou. Retrouvez d’ailleurs tous nos pronostics sur la Liga et les autres championnats majeurs!

à Lire aussi
Commentaires
Vos commentaires