Interview de Noart : parieur professionnel



Arnaud Rael, alias Noart, figure parmi la poignée de parieurs sportifs professionnels Français. Les membres les plus fidèles de ParisSportifs.com le connaisse très certainement pour l’émission de radio qu’il animait aux côtés de Julien sur notre site, mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Nous sommes donc allés aux nouvelles, histoire de retracer son parcours en tant que joueur et de grappiller quelques bons conseils pour réussir dans les paris en ligne.

Un bon parieur tient des historiques de statistiques !

Interview de Noart : parieur professionnelEntre son premier pari lors de la finale du Mondial 1998, son expérience de consultant sur Paris Sportifs, et la création de son site beatzebook.com, Noart a eu l’occasion de se concocter une solide expérience du métier. Ses principaux ingrédients? Une passion démesurée pour le football et plus particulièrement pour les buteurs, une bonne dose de travail, ainsi qu’une rigueur indispensable en matière de gestion de bankroll…

Noart : parieur pro et pronostiqueur

    • Pour ceux qui auraient le malheur ne pas encore te connaître, pourrais-tu revenir brièvement sur ton parcours en tant que parieur pro?

Arnaud, 35 ans. J’ai placé mon premier pari en 1998 lors de la finale de la Coupe du Monde France-Brésil. Il m’a fallu pas mal d’années de pratique pour comprendre, apprendre et me constituer un historique qui puisse m’aider à progresser. Puis je me suis mis à parier avec une approche plus professionnelle à partir de 2006 avant de véritablement plonger dans le grand bain en 2010 avec une gestion plus rigoureuse dès lors que ma bankroll de départ à commencé à devenir considérable.

    • Concrètement, où se situe la frontière entre amateurisme et professionnalisme dans le domaine des paris sportifs?

La distinction est très simple d’après moi. Un parieur “pro” investit une grosse somme d’argent, il anticipe son calendrier, il ne mise pas au jour le jour et encore moins tous les jours, ce qui ressemble plus à un comportement de joueur compulsif. Un bon parieur se doit aussi de tenir des historiques de statistiques!

    • Quel était ton capital de départ et où en es-tu aujourd’hui?

J’ai commencé à parier sérieusement avec 1 000 euros et je tourne désormais avec une bankroll de 10 000 euros.

    • Ton meilleur souvenir en tant que parieur et, à l’inverse, ton plus gros bad beat?

Pour ce qui est des bons souvenirs, je dirai le match retour de Ligue des Champions entre Barcelone et l’Inter avec les cartons jaunes de Motta et Chivu sur lesquels j’avais misés. Mais on ne peut pas toujours gagner et je garde notamment un goût assez amer de la rencontre entre West Bromwich et Manchester United (2011-2012). Pour le dernier match de Ferguson, je décide de ne pas prendre Van Persie comme à mon habitude mais de parier sur la victoire des Red Devils avec une super cote de 2,00. Tout va bien à la mi-temps puisque Manchester gagne par 5 buts à 2, mais Lukaku entre en jeu et plante un triplé…

    • Une journée type dans la peau de Noart, ça se passe comment?

Je m’organise pour recevoir toutes les infos autour de mes paris potentiels via les réseaux sociaux et autre. J’écoute les infos à la radio et je regarde un maximum de matchs. J’attends ensuite les compos d’équipe puis je place mon bet et je vibre! Ensuite je file tout simplement me changer les idées en jouant au foot ou en allant surfer.

    • Une fois toutes tes stats recoupées, comment fixes-tu la fiabilité de tes pronostics?

J’ai déterminé une liste de critères, dont ceux cités précédemment, à prendre en compte pour chaque type de pari avec un pourcentage de qui me permet d’ajuster mes fiabilité.

    • Tu as une prédilection pour le football et plus précisément pour les paris sur les buteurs. D’où est-ce que cette passion te vient?

La valeur des cotes des paris spéciaux! Je trouve qu’il y a une gestion de calcul de cote des paris spéciaux plus compliqué à établir pour les bookmakers… Et puis je me débrouille plutôt pas mal sur le terrain à ce poste d’attaquant.

    • Plus de 3 ans après l’ouverture du marché français, tu as eu le temps d’analyser avec soin les différentes offres. Quels types de paris sont les plus intéressants d’après toi?

D’un point de vue global (type de bonus et montant, cotes,…), l’offre de Bwin.fr est de loin la meilleure. Ceci étant dit, il faut évidemment toujours garder un oeil avisé sur les autres bookmakers, notamment en ce qui concerne les paris suivants: buteur, over/under, handicap, résultat mi-temps, nombre de buts équipes, nul remboursé, double chance.

    • Un conseil avisé pour les joueurs amateurs en guise de conclusion?

Je vais reprendre mes conseils de bon parieur. A savoir, anticiper son calendrier, ne pas miser tous les jours, gérer sa bankroll avec la plus grande rigueur et tenir un historique complet.

Malik Touzri

à Lire aussi
Commentaires
Vos commentaires