Entretien telephonique réalisé par Florent avec Thomas Daubek, le PDG du site de paris sportifs en ligne Interwetten…



Thomas DaubekEn exclusivité pour ParisSportifs.com, je me suis entretenu par téléphone avec Thomas Daubek, PDG du site de pari sportif d’origine autrichienne Interwetten ce Jeudi 09 0ctobre 2008. Toute l’équipe de ParisSportifs.com tient à remercier Monsieur Daubek d’avoir pris le temps de répondre à nos questions en toute franchise et en français qui n’est pas sa langue maternelle.

Vous trouverez ci-dessous la retranscription écrite de l’entretien téléphonique que nous avons eu avec le PDG autrichien D’interwetten, Monsieur Thomas Daubek. Sachez que nous avons effectué quelques modifications pour une meilleure compréhension. 

Bonjour Monsieur Daubek. Merci de prendre de votre temps pour nous accorder cette interview. Pouvez-vous présenter Interwetten en quelques chiffres ?

Bonjour, je suis Monsieur Daubek, PDG de la compagnie Interwetten. Je vais vous présenter la compagnie Interwetten: la société a été créée en 1990 à Vienne, ca fait donc plus de 18 ans que nous sommes actifs dans les paris sportifs en général, au début  seulement par téléphone et à partir de 1997 on a lancé le site Internet. Pour la petite histoire, c’était une année avant que Google soit actif. Depuis lors, nous avons développé notre site pour qu’il soit de plus en plus attractif, aujourd’hui on compte 750 000 clients enregistrés chez nous, le site est proposé en 12 langues et le chiffre d’affaires pour les paris sportifs devrait être de 340 millions d’Euros cette année.

Que représente le marché français pour Interwetten et combien de personnes travaillent sur ce marché ?

Le marché français n’est pas si développé encore, il est assez petit en ce moment mais c’est un marché d’avenir pour nous surtout dans le contexte ou le gouvernement français est en train de changer la règlementation avec l’ouverture du marché prévue mi-2009. Nous suivons de très près cette évolution légale, car comme vous le savez nous sommes situés à Malte, qui fait partie de la Communauté Européenne, et par rapport à la loi européenne avec les articles 43 et 49 du Traité Européen* (très important pour notre industrie), on peut distribuer nos services partout en Europe. Mais on sait que la France va offrir la possibilité d’avoir des licences donc nous suivons ca avec attention surtout ¸sur les enjeux de cette future licence, et en parallèle, avec l’EGBA** (European Gaming and Betting Association) on a été invité à discuter autour du contexte et des règles de cette ouverture.

A ce propos, Interwetten envisage-t-il de demander une licence en France ?

Je dirais qu’aujourd’hui c’est trop tôt à dire car les règles ne sont pas encore fixées, c’est vraiment en pleine évolution. D’après les informations que nous avons, c’est plutot début 2009 qu’on aura le contexte global avec toutes les futures règles qui seront appliqueés pour pouvoir juger si on va demander une licence en France.

Interwetten sponsorise une équipe de football en Espagne, l’Espanyol de Barcelone. Comptez-vous sponsoriser une équipes française de Ligue 1 dans le futur ?

Evidemment cela dépendra aussi de nos choix stratégiques après la connaissance des conditions d’ouverture en France, mais pourquoi pas ! Je pense aussi que comme en Espagne, c’est un bon moyen pour faire de la publicité. Par contre, pour nous, c’est toujours important si on fait un sponsoring avec une équipe de foot ou autre sport, de faire la liaison avec l’aspect social, c’est à dire de faire des choses importantes dans l’engagement social avec le développement de programmes sociaux. C’est clair que si une équipe que l’on veut sponsoriser n’est pas prête à suivre cet engagement, alors nous n’aurons pas la volonté de faire du sponsoring.

Merci pour vos commentaires. Pour finir, pensez-vous que votre pays d’origine, l’Autriche, va se qualifier pour la Coupe du monde 2010 ?

(rires). La première surprise est d’avoir battu la France à Vienne. Après on va voir si l’Équipe d’Autriche est vraiment prête à participer au mondial 2010 après les matchs contre les Iles Feroé et la Serbie (matchs joués depuis avec un nul contre Feroé et une défaite contre la Serbie).

* Pour votre information, voici le détail des articles 43 et 49 du Traité de Rome instituant la Communauté Européenne.

LE DROIT D’ÉTABLISSEMENT

Article 43

Dans le cadre des dispositions visées ci-après, les restrictions à la liberté d’établissement des ressortissants d’un État membre dans le territoire d’un autre État membre sont interdites. Cette interdiction s’étend également aux restrictions à la création d’agences, de succursales ou de filiales, par les ressortissants d’un État membre établis sur le territoire d’un État membre.

La liberté d’établissement comporte l’accès aux activités non salariées et leur exercice, ainsi que la constitution et la gestion d’entreprises, et notamment de sociétés au sens de l’article 48, deuxième alinéa, dans les conditions définies par la législation du pays d’établissement pour ses propres ressortissants, sous réserve des dispositions du chapitre relatif aux capitaux.

LES SERVICES

Article 49

Dans le cadre des dispositions visées ci-après, les restrictions à la libre prestation des services à l’intérieur de la Communauté sont interdites à l’égard des ressortissants des États membres établis dans un pays de la Communauté autre que celui du destinataire de la prestation.

Le Conseil, statuant à la majorité qualifiée sur proposition de la Commission, peut étendre le bénéfice des dispositions du présent chapitre aux prestataires de services ressortissants d’un État tiers et établis à l’intérieur de la Communauté.

** L’EGBA est une association sans but lucratif qui regroupe des opérateurs européens de jeux et de paris en ligne à savoir Bet-at-home, bwin, Carmen Media Group, Digibet, Expekt, Interwetten, PartyGaming et Unibet. Elle défend, le droit d’opérateurs réglementés et titulaires de licences au sein d’un Etat membre à un accès au marché équitable au sein de l’Union européenne.

à Lire aussi
Commentaires
Vos commentaires