L’équipe du Portugal très ambitieuse pour cette Coupe du Monde 2010

04 mai 2010 par · Ecrire un Commentaire 



Quatrième du dernier Mondial en Allemagne, le Portugal n’apparaît pas du tout abattu par sa dernière campagne de qualification plutôt moyenne. Qualifié pour cette Coupe du Monde 2010 dans la douleur en passant par la phase de barrages, le Portugal vise une performance au moins aussi bonne qu’en 2006. « Le Portugal est un des favoris dans la course à une de ces (quatre) places« , a déclaré le sélectionneur portugais, Carlos Queiroz. Un statut qu’il serait en effet difficile de ne pas reconnaître à une sélection qui compte dans ses rangs de nombreux talents, comme Cristiano Ronaldo tout d’abord, mais également Deco et Nani. Pour Betclic d’ailleurs, une place de finaliste du Portugal en Afrique du Sud est de 10,00. Dans un groupe G particulièrement relevé (avec le Brésil et la Côte d’Ivoire notamment), la cote pour une qualification du Portugal est de 1,65 soit la deuxième meilleure de ce groupe.

Carlos Queiroz, ancien entraîneur du Real Madrid, place tout de même le Portugal dans la peau d’un outsider, peut-être du fait que le la sélection lusitanienne n’a pas encore remporté la Coupe du Monde : « L’histoire de la Coupe du Monde nous montre qu’il y a toujours trois des grands favoris en demi-finales. Le Portugal et une quinzaine d’autres équipes brigueront la place de l’outsider« . Pour Deco, les choses ne sont pas aussi évidentes. « Pour être favori à ce niveau, il faut avoir une histoire derrière soi. Le Portugal n’a pas d’histoire en Coupe du Monde et il ne l’a jamais gagnée. Par conséquent, on ne peut pas le considérer comme un favori« , a déclaré le meneur portugais, désireux de ne pas mettre trop de pression sur les épaules de ses coéquipiers. Cela s’explique certainement par le fait que de nombreux joueurs ont quitté la sélection depuis le dernier Mondial et que les nouveaux n’auront pas leur vécu : « Nous allons en Afrique du Sud avec beaucoup de débutants qui vont découvrir le rendez-vous mondial. Je pense que nous avons de belles qualités, mais nous n’avons pas l’expérience que nous avions en 2006« , a indiqué Deco.

Devant le Portugal, Queiroz voit les habituels « dinosaures », systématiquement présents dans le dernier carré ou presque, comme le Brésil, l’Italie, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne et l’Argentine. En revanche, la France (qui a bien souvent mis fin aux rêves de titre des Portugais) n’est pas présente dans cette liste malgré son statut de finaliste en titre. Lors des Euro 1984 et 2000 et lors de la Coupe du Monde 2006, le Portugal s’était à chaque fois fait sortir par les Bleus.

Le sélectionneur du Portugal connaît les forces de son équipe qui vient de s’emparer de la troisième place du classement FIFA pour obtenir la meilleure position de son histoire. « Lors de chaque match, nous avons une bonne chance de pouvoir gagner. Nous le savons et, plus important encore, nos adversaires le savent aussi« , a indiqué Carlos Queiroz.

Pour faire aussi bien qu’il y a quatre ans, le Portugal aura besoin d’un Cristiano Ronaldo à son meilleur niveau. Déjà pour se qualifier dans son groupe relevé. « Cristiano Ronaldo a eu beaucoup de soucis au cours des deux dernières saisons, à la suite d’une opération qu’il a subie à cause d’une blessure qui le gênait déjà lors du dernier Euro« , a-t-il souligné. « L’important pour le Mondial c’est de tirer parti du fait de compter parmi nous, si ce n’est le meilleur, l’un des meilleurs joueurs au monde« , a ajouté Queiroz. Une analyse relativisée par Deco : « Nous avons gagné plusieurs matchs sans Cristiano Ronaldo, comme nous en avons gagné avec lui. Aujourd’hui, aucune grande équipe ne dépend d’un seul joueur, ce n’est plus possible. L’équipe du Portugal ne dépend pas de lui à 100 %« .

L’Afrique du Sud a encore du travail

06 avril 2010 par · Ecrire un Commentaire 



Pays organisateur de la Coupe du Monde 2010, l’Afrique du Sud se doit de bien figurer en juin prochain. Traditionnellement, les hôtes du Mondial parviennent à se surpasser et à déjouer les pronostics. S’ils ne parviennent pas toujours à décrocher le titre de champion du monde (comme ont pu y parvenir l’Angleterre en 1966, la RFA en 1974, l’Argentine en 1978 ou encore la France en 1998), les pays organisateurs réussissent toujours des performances. En 1994, les Etats-Unis avaient atteint les huitièmes de finale pour ne s’incliner que 1-0 contre le Brésil, futur vainqueur. En 2002, Japon et Corée avaient également franchi le premier tour et les Coréens s’étaient même hissés en demi-finales ! Les Sud-Africains espèrent secrètement créer la sensation pour ce premier mondial sur le continent africain. « Nous nous devons de faire honneur à notre pays« , a expliqué le joueur Aaron Mokoena.

A deux mois du début de la compétition, les Bafana Bafana poursuivent leur préparation. Avant un stage en Allemagne, la sélection africaine a obtenu un bon match nul face au Paraguay (1-1).  Le but des sud-africains est venu d’une frappe lointaine de Tshabalala en seconde période. Face à une solide formation sud-américaine, l’Afrique du Sud a affiché des progrès après le stage de trois semaines au Brésil au cours duquel la sélection a disputé sept rencontres amicales avec des succès sans grande signification, comme ceux obtenus sur l’équipe B de Boavista ou sur celle des moins de 20 ans de Fluminense. Un programme qui a tout de même permis à l’équipe de retrouver la confiance, d’après son sélectionneur, Carlos Alberto Parreira : « La performance de l’équipe lors de ces trois semaines au Brésil a été très positive. Je pense que nos garçons retrouvent peu à peu confiance après avoir joué autant de matchs« .

Champion du Monde avec le Brésil en 1994 et de nouveau à la tête de la sélection brésilienne en 2006 (quart de finale), Parreira attendait une confirmation de ses joueurs pour cette rencontre face au Paraguay. De plus, l’Afrique du Sud ne doit pas oublier qu’elle est l’unique nation africaine présente à cette Coupe du Monde qui n’avait pas réussi à obtenir sa qualification pour la CAN en janvier dernier.

Lors du stage au Brésil, Parreira n’avait pas été tendre avec les siens. « Notre sélection est la plus faible du continent. Les autres sélections sont mieux préparées, elles ont des joueurs en grand nombre qui jouent avec succès dans de grosses équipes du football européen« . Une manière d’alerter ses troupes avant de défier le Mexique pour son premier match du Mondial, rencontre avant laquelle le pays organisateur ne part pas favori d’après les sites de paris sportifs. Chez Betclic, la victoire de l’Afrique du Sud est proposée à une cote de 3,00. Pour les bookmakers, les chances de l’Afrique du Sud de finir première du groupe ou même de passer ce premier tour sont assez (voire très) minces : la cote pour le résultat ‘Afrique du Sud vainqueur du groupe A’ est de 7,50 sur Betclic alors que la cote d’une qualification des Bafana Bafana pour les huitièmes est de 2,70 sur Unibet.

Cependant, Parreira reste optimiste: « Cette faiblesse peut être rattrapée par du travail pendant trois mois, par une équipe bien préparée physiquement, qui a confiance et joue chez elle« . Il n’est pas question pour lui, qui est habitué à jouer les premiers rôles avec le Brésil, de ne pas marquer cette Coupe du Monde de son empreinte : « Nous devons être des adversaires difficiles pour les équipes de notre groupe« . Après le Mexique en ouverture, l’Afrique du Sud défiera l’Uruguay et la France. Un adversaire déjà affronté lors du Mondial 1998 avec à la clé une défaite nette (0-3).

L’Uruguay sera amoindrie face à la France

19 mars 2010 par · Ecrire un Commentaire 



L’Uruguay, dernier pays à s’être qualifié pour la phase finale de la Coupe du Monde 2010, affrontera la France pour son entrée en lice en Afrique du Sud. Une rencontre que Cristian Rodriguez, devenu l’un des piliers de la sélection sud-américaine, manquera. L’ancien ailier gauche du PSG (entre 2005 et 2007) a en effet écopé d’une suspension de quatre matchs à la suite de son expulsion lors du bouillant choc contre l’Argentine lors de l’ultime journée des qualifications. L’Uruguay avait fait appel de cette sanction mais la FIFA a bien confirmé que le joueur devra s’acquitter de la totalité de sa sanction. S’il a déjà purgé deux de ces quatre matchs « grâce » au barrage de novembre dernier que l’Uruguay a dû disputer face au Costa Rica pour valider son billet  (2-0 et 1-1), cela laisse donc encore deux rencontres officielles que l’attaquant devra rater, ce qui place évidemment son sélectionneur, Oscar Tabarez, devant le dilemme suivant : emmener El Cebolla avec le groupe ou faire la place à un élément qui sera disponible dès le début de la compétition ? La puissance et les dribbles de Rodriguez seraient bien entendu précieux lors du dernier match du premier tour face au Mexique (le 22 juin), qui pourrait être décisif, ainsi que lors de la suite du tournoi, le cas échéant, mais cela implique cependant que l’Uruguay parvienne à bien figurer sans lui lors des deux précédents matchs.

Si la non-sélection du joueur du FC Porto peut sembler peu probable tant son impact est profitable à l’équipe, Oscar Tabarez sera forcément amener à peser le pour et le contre d’une telle décision. Dans un tournoi où beaucoup se joue lors de ces trois premiers matchs de poule et où le premier match donne bien souvent le ton, un sélectionneur pourrait préférer bénéficier de toutes ses forces vives d’entrée de jeu. Ce premier match  face à l’équipe de France sera déjà capital et l’Uruguay compte bien faire autre chose que de la figuration face au dernier finaliste du Mondial 2006. La Celeste reste en effet sur deux matchs nuls face aux Bleus : lors de la Coupe du Monde 2002, l’Uruguay avait tenu le 0-0 lors du premier tour, avant de finir sur le même score nul et vierge en novembre 2008 au Stade de France. Un match amical auquel avait d’ailleurs pris part Cristian Rodriguez à l’occasion de ses retrouvailles avec la France.

L’Uruguay est d’autant plus ambitieuse pour cette Coupe du Monde que sa préparation se passe très bien. Face à la Suisse, la Celeste s’est imposée 3 à 1. « Nous ferons tout pour être d’attaque le 11 juin face à la France. Nous voulons démontrer en Afrique du Sud que l’Uruguay sait vraiment jouer au football« , avait déclaré le sélectionneur uruguayen. Et ce avec ou sans Cristian Rodriguez dans ses rangs. Car pour le sélectionneur des Charruas, cette Coupe du Monde est une mission : « Nous nous devons de rester en phase avec nos anciens champions (vainqueurs en 1930 et 1950 du Mondial), ne serait-ce qu’en termes de culture et de ressenti footballistiques« .

Si l’ancien Parisien sait qu’il ne sera pas sur la pelouse face à la France lors de la Coupe du Monde, il reste très confiant sur les chances de sa sélection de briller. « On a joué la France récemment en match amical. On s’est aperçu qu’on était capable de rivaliser et c’est bien de jouer contre ces équipes qui ont de grands joueurs. On va se donner à 200%, on va laisser notre âme sur le terrain pour se qualifier« . Un optimisme qui n’est pas forcément partagé par l’ensemble des observateurs.

Tout d’abord, chez Betclic, pour la rencontre face à la France, l’Uruguay a une cote de 3,75 et fait ainsi figure d’outsider. Pour la suite de la Coupe du Monde, le bookmaker Unibet ne place pas non plus l’Uruguay comme un pays en position de franchir le premier tour avec une cote de 2,00 pour une qualification pour les huitièmes de finale derrière la France et le Mexique). La cote pour une première place de l’Uruguay dans le groupe A est, elle, de 4,50.