Lukas Podolski vise encore plus haut à la Coupe du Monde

24 mars 2010 par · Ecrire un Commentaire 







Elu meilleur jeune joueur de la Coupe du Monde 2006, Lukas Podolski attend avec impatience la Coupe du Monde en Afrique du Sud pour tenter de confirmer un talent qui peine à s’illustrer en Bundesliga avec le FC Cologne, où il est revenu en début de saison. L’attaquant avait grandement contribué à la place de demi-finaliste atteinte par la Mannschaft sur ses terres (élimination contre l’Italie) et l’Allemagne fonde de grands espoirs pour cette nouvelle édition. Après cette bonne performance en 2006 et le départ de Jürgen Klinsmann du poste de sélectionneur, c’est son ex-adjoint, Joachim Löw, qui conduisit les Allemands jusqu’en finale lors de l’Euro 2008 (défaite face à l’Espagne, 0-1).

Si l’Allemagne poursuit sa progression, elle ne devrait pas être très loin du podium, voire de la victoire finale en Afrique du Sud. Pour cela, elle devra compter sur l’efficacité d’un attaquant comme Podolski. Pour lui, cette deuxième participation à un Mondial s’annonce tout aussi passionnante : « La Coupe du Monde 2006 était très spéciale. C’était ma première expérience à ce niveau et j’ai eu la chance de jouer devant mon propre public, dans une ambiance extraordinaire. Maintenant, cette première Coupe du Monde africaine s’annonce tout à fait passionnante. Je pense que, comme il y a quatre ans, les matchs devraient se disputer dans une atmosphère extraordinaire, comme on a pu le voir lors de la Coupe des Confédérations« .

Au cours des qualifications, « Poldi », qui fêtera ses 25 ans quelques jours avant l’ouverture de la Coupe du Monde, a montré qu’il savait faire preuve de caractère. Lors du match contre le Pays de Galles, l’attaquant allemand a notamment donné une gifle à Michael Ballack, son capitaine, après un accrochage. Un mouvement d’humeur qui n’empêche pas Joachim Löw de continuer à lui faire confiance, comme en attestent les déclarations du sélectionneur, livrées il y a quelques temps : « Sur la scène internationale, Lukas a souvent été extraordinaire, il répond présent, chose que je n’ai pas vue avec Cristiano Ronaldo lors du Mondial 2006 et de l’Euro 2008« .

Une reconnaissance que Podolski lui rend bien. « C’est un entraîneur expérimenté. Il connaît beaucoup de choses et possède un vrai crédit auprès des joueurs. Il travaille beaucoup en amont avec ses adjoints mais il est aussi très proche du groupe. Sous son impulsion, l’Allemagne a vraiment adopté une nouvelle philosophie de jeu« , a expliqué le joueur qui doit toutefois encore assurer sa place dans le groupe. Une sélection qui passe par de bonnes prestations en club. Autre atout pour le rapide Podolski, sa polyvalence très recherchée. « Le sélectionneur sait que je suis capable d’évoluer en pointe ou sur l’aile gauche. Je crois que cela joue en ma faveur« , estime le joueur du FC Cologne.

Plutôt en retrait avec deux buts marqués en 20 matchs, Podolski reste confiant : « J’aimerais disputer tous les matchs, défier les plus grands joueurs de la planète et me mettre en évidence » a-t-il confié avant de préciser que « ce qui compte, c’est que l’équipe aille le plus loin possible« . Et pour cela, il faudra d’abord se défaire de la Serbie, du Ghana et de l’Australie au premier tour. « C’est un groupe très relevé. Face à de telles équipes, on n’a pas le droit à l’erreur. Ceci dit, je suis convaincu que, si nous nous évoluons à notre meilleur niveau, nous avons les moyens de passer ce premier obstacle et d’aller beaucoup plus loin« , prédit l’attaquant allemand.

Une tendance que suivent les bookmakers, puisque les sites de paris sur la Coupe du Monde comme Betclic font de l’Allemagne leur favori pour finir en tête du groupe D avec une cote de 1,70.