Ce soir se déroulera le huitième de finale retour de Ligue des Champions entre le Real Madrid et Lyon au stade Santiago Bernabeu mais c’est face à l’UEFA que Jean-Michel Aulas et son club disputent un match avancé, dans les coulisses. En effet, la fédération européenne a refusé au club lyonnais sa requête de porter un maillot floqué au nom de son partenaire et sponsor, Betclic, pour ce match à forte exposition médiatique en France.



Ce soir se déroulera le huitième de finale retour de Ligue des Champions entre le Real Madrid et Lyon au stade Santiago Bernabeu mais c’est face à l’UEFA que Jean-Michel Aulas et son club disputent un match avancé, dans les coulisses. En effet, la fédération européenne a refusé au club lyonnais sa requête de porter un maillot floqué au nom de son partenaire et sponsor, Betclic, pour ce match à forte exposition médiatique en France. Le match se déroulera sur le sol espagnol où, contrairement à la France, la loi n’interdit pas la publicité pour les sites de paris sportifs en ligne.

En effet, Bwin s’affichera, comme d’habitude, sur le maillot du Réal. Il est bon de noter que le maillot du Real de Madrid avait dû rester vierge lors de ses déplacements à Lyon et Marseille pour rester en conformité avec la loi française. L’argument de l’UEFA dans ce cas précis et pour le match de ce soir est que le règlement interne de la Ligue des Champions n’autorise pas l’affichage d’un sponsor qui n’a pas été validé par la fédération nationale auquel est affilié le club et donc avec lequel il n’a pas pu jouer au préalable. Cette règle s’applique même sur sol étranger et cela en dépit de la parfaite légalité de l’affichage dans le cas de Lyon.

Une dérogation avait été demandée par l’OL pour porter son maillot Betclic en Belgique face à Anderlecht (en août 2009, en tour préliminaire de cette même compétition), lorsqu’à l’époque la loi d’ouverture à la concurrence était prévue pour rentrer en vigueur en janvier 2010 en France. Cela lui avait été permis mais le retard pris dans le calendrier du projet de loi n’a ensuite pas permis au club rhodanien de porter son maillot Betclic en France, condition qui était nécessaire pour pouvoir afficher le logo du bookmaker de nouveau en Europe.

Le président Aulas a d’ailleurs réagi vivement en déclarant: « Le concurrent de Betclic sera sur le maillot du Real et on n’aura rien sur le nôtre. C’est un manque de revenus considérable. On n’est pas dans un contexte favorable. Ça n’annonce rien de bon pour le futur économique des clubs français. »

Le match tant attendu Bwin-Betclic  est en tout cas sérieusement compromis…

Étiquettes : , , ,
à Lire aussi
Commentaires
Vos commentaires