Zoom sur les salaires des grands clubsLes clubs des championnats européens de football ne connaissent pas la crise. C’est ce que nous apprend la nouvelle étude du groupe SportingIntelligence sur la masse salariale des plus grandes franchises mondiales, tous sports confondus. Barcelone arrive d’ailleurs en tête du classement établi, suivi du Real Madrid et Manchester City qui fait son apparition dans le top 3. Zoom sur ses équipes aux ressources financières illimitées…

Le Barça champion des riches

Le Barça a beau avoir perdu ses couronnes nationale et européenne cette saison, il peut néanmoins se targuer de défier toute concurrence en terme d’investissements sur ses joueurs. La masse salariale du club catalan sur la saison 2011-2012 est en effet estimé à 126 000 euros par joueur chaque semaine, soit un total de 6 557 360 € par an. Des chiffres ahurissants qui représentent une hausse significative de 10% par rapport à l’année précédente! Le Real Madrid et sa pléthore de stars arrive juste derrière avec une augmentation de 6% à 5,8 millions d’euros par an et par joueur contre 5,6 millions d’euros du côté de Manchester City. Les dirigeants Citizens ont mis le paquet pour s’offrir un sacre en Premier League, puisque leur masse salariale a bondit de 26% en l’espace d’une saison. Rien de plus logique lorsque l’on possède dans son effectif des joueurs comme Yaya Toure qui émarge à près de 230 000 euros la semaine!

La folie des grandeurs, Roman Abramovich l’à connait également. Pour conserver ses piliers (Drogba, Terry, Lampard et consorts) et attirer de nouvelles forces vives, le patron de Chelsea a une nouvelle fois mis la main à la poche. Le club londonien fait ainsi son apparition dans le top 5, avec un salaire moyen avoisinant les 5.1 millions d’euros… Juste histoire de montrer que les Blues jouent bel et bien dans la cours des grands. Voici le classement détaillé des 12 équipes les plus dépensières, toutes disciplines confondues:

Cote Stade Français

*Source: Global Sports Salary Survey 2012, SportingIntelligence (Données en livres sterling).

Quid du Fairplay financier?

Malgré la présence de certaines franchises de basketball et de baseball américaines, ce classement souligne clairement l’émergence des clubs de football du Vieux Continent… L’instauration prochaine de la fameuse règle du « Fair-Play Financier » pourrait néanmoins marquer un coup d’arrêt à cette toute puissance.  Mais que les Ronaldo, Messi, Toure et compagnie soient tranquilles… Ils continueront à brasser pendant encore un bout de temps.






à Lire aussi
Commentaires
Vos commentaires